• 10. Longstreet

    Le passé, c'est de l'histoire et seul le futur peut t'apporter du bonheur; Tout le monde doit s'y préparer et créer son propre avenir.

    Bruce Lee

     

     

    Bruce avec SilliphantPendant que Bruce récupérait de sa blessure de dos, Silliphant poursuivait son travail de scénariste. Il faisait une série de télévision intitulée Longstreet. Connaissant les difficultés financières de Bruce, il l'appela pour ce nouveau projet.

    L'épisode raconte l'histoire d'un détective privé Mike Longstreet (James Franciscus) aveugle, qui est attaqué par trois hommes et sauvé par un marchand d'antiquité expert en arts martiaux Li Tsung (Bruce Lee). Longstreet décide de se venger et demande à Li Stung qu'il lui apprenne à combattre, mais Li refuse parce que ses motivations ne sont pas fondées.

    James jouant le rôle d'aveugle   Li Tsung (Bruce Lee) refuse car les pensées de Longstreet (James Francicus) ne sont pas fondées.

     Silliphant explique : "Je n'ai fait qu'inclure l'enseignement de Bruce dans le scénario, ça lui a permis d'expliquer son Jeet Kune Do bien aimé".

     

    -Bruce prétendait montrer ici le véritable objectif des arts martiaux ; un moyen pour se connaître soi-même et non pour se venger.

    -Bruce explique la signification du Jeet Kune Do quand, après avoir montré à James Franciscus l'effet d'un coup de pied latéral, son ami lui demande ce qu'il fait et Bruce répond : " En cantonnais Jeet Kune Do, c'est le chemin du poing intercepteur". Devant l'incompréhension de son ami (Mark Richman, co-vedette de la série), Bruce lui propose de l'attaquer ; juste après qu'il a fait un mouvement, Bruce lance sa jambe, donnant un coup dans sa rotule. "Vous voyez ? Pour m'atteindre vous devez vous déplacer vers moi. Votre attaque m'offre une occasion de vous intercepter. Dans ce cas, j'utilise mon arme la plus longue : mon coup de pied latéral, contre l'objectif le plus proche, votre rotule". Mark essaye alors de le surprendre, mais Bruce réagit avant en utilisant son bras avancé pour le contrer : "Cette fois j'ai intercepté votre tension émotionnelle. De votre pensée à votre coup de poing, combien de temps s'est écoulé?".

     

    -Bruce montre comment être naturel dans les arts martiaux en se mettant en osmose avec son environnement et en utilisant les sens et les sensations et non la pensée. Bruce demande à James d'écouter ses pieds et ses mouvements, sentir le vent sur son visage … ensuite Bruce lui demande d'écouter et de ne pas penser, de laisser les choses couler. Un relâchement, un coup, un relâchement, un coup. Tout se concentre en une seule action.

    Bruce et James pendant le tournage mené à bien en 1971.      James doit ressentir : pieds, mouvements, vent .....

     Bruce explique à travers ces propres mots le véritable objectif des arts martiaux. Comme si, tout en connaissant le Jeet Kune Do, il suffisait de savoir, et tout en le sachant, ne jamais devoir l'utiliser.

     

    James doit mordre Bruce-Bruce montre aussi comment chercher l'efficacité dans les techniques, sans être limité par un style ou une idée, à libérer l'esprit de toute pensée perturbatrice, être au dessus de la simple technique.  Pour cela Bruce tente d'étrangler James et, devant son blocage mental, il lui dis que dans ce cas il faut mordre ! Parce que mordre est parfait pour des distances très courtes. Il tente d'expliquer qu'un combat n'est pas figé et que tout arme est bonne si elle permet de vaincre son adversaire.

    James a des difficultés pour ce rappeler tout ce que Bruce lui enseigne, alors Bruce répond : "Si tu essaye de te souvenir, tu perdras. Vide ton esprit. N'aies ni forme, ni contour, comme l'eau. Si tu mets de l'eau dans une tasse, elle se transforme en tasse. Si tu la mets dans une bouilloire, elle se transforme en bouilloire. L'eau peut couler, peut-être entraînée, ou goutter, ou se répandre. Sois l'eau, mon ami".

    Et bien que James ne soit pas prêt pour son combat, Bruce lui explique l'attitude mentale à développer : "Comme tout le monde, tu veux apprendre la manière de gagner, mais jamais accepter la manière de perdre. Accepter la défaite. Apprendre à mourir c'est s'en libérer. Par conséquent, tu dois libérer ton esprit et apprendre l'art de mourir. Ainsi, demain tout ira bien".

    Le lendemain, dans la série Mike Longstreet fait face à son adversaire et après avoir vidé son esprit, arrive à le vaincre en mettant en pratique les enseignements de Li Tsung. Quand on lui demande comment il s'y est pris, Longstreet répond : "En buvant du thé dans une tasse vide".

    "J'ai travaillé avec Bruce un mois, je ne l'ai pas beaucoup connu", a raconté James Franciscus, vedette de la série, "mais je l'ai considéré comme un ami et nous avons eu de bonnes relations. Il m'a beaucoup aidé sur le plateau. Bruce était un excellent professeur, un super professeur, mais il était aussi très exigeant parce qu'il voulait la perfection. Je crois que Bruce était d'abord un artiste martial avant et ensuite un acteur. Je n'ai jamais vu quelqu'un contrôlant autant son destin de manière physique comme Bruce le faisait".

    En effet Bruce n'a jamais oublié l'entraînement. Comme il en avait l'habitude, il emportait généralement partout avec lui une partie de son équipement : "Il avait un grand sac lourd sur le plateau" raconte Mark Richman, co-vedette de la série "et à tout moment pendant la journée, il s'entraînait avec ce sac. Une fois, il a donné un de ses coups de pieds qui a cassé la chaîne qui le soutenait".

     

    • Le "Chemin du Poing Intercepteur" a été diffusé en novembre 1971, atteignant un succès sans précédant.
    • James Franciscue et Bruce Lee

    "Nous avons eu la plus grande correspondance provenant de fans concernant cet épisode de la série", a dit Silliphant. "Bruce a reçu une énorme quantité de lettres et réactions, tant de la part de la critique que du public. A mon avis, c'est cet épisode qu'il lui a permis d'être reconnu mondialement, avec fierté et dignité, comme artiste martial asiatique".

    Les critiques ne se sont pas fait attendre et pour la plupart excellentes et plus focalisées sur l'interprétation que sur les actions physiques. "Il n'est pas ce qu'on appellerait un acteur. C'est une personnalité", dit Joël Rogosin, producteur de la série.

    De son côté, Bruce a reconnu que "C'est la première fois de ma vie que j'ai des critiques en tant qu'acteur, je suis content qu'elles soient favorables".

    Après la réaction du publique et de la critique, ABC et Paramount ont voulu avoir Bruce dans d'autres épisodes.

    "Longstreet a été la dernière chose faite par Bruce aux Etats-Unis en termes de films, avant de partir pour Hong Kong et en faire d'autres" a dit Silliphant.

    Après déjà plus d'un an, les entretiens téléphoniques continuaient; Bruce a raconté qu'il accepterait de tourner un film à Hong Kong s'il y avait un bon budget et s'il pouvait veiller sur la qualité du projet. C'est arrivé aux oreilles d'un producteur Raymond Chow, qui décida de s'en occuper.

    Raymond Chow, producteur qui a lancé Bruce et Jacky Chan ; meurt en 2018 âgé de 91 ans.

     

    Raymond Chow était un des hauts dirigeants de la compagnie cinématographique Shaw Bros, dirigée par Run Run Shaw, lorsqu'il choisit de s'en aller et de fonder sa propre sa propre société avec un partenaire : Leonard Ho (la Golden Harvest).

    La Golden Harvest était encore loin d'être ce qu'elle deviendrait un jour. Subsistant péniblement grâce à une série de films médiocres, Chow a vu en Bruce une porte ouverte sur l'espoir. Il a envoyé aux Etats-Unis l'une de ses plus grandes productrices :    Liu Liang Hua      Liu Liang Hua qui alla faire une offre à Bruce.

    L'histoire qui raconte comment tout est arrivé est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Selon l'historien Paul Li, en mai 1971, la Harvest Golden passait par des moments critiques ; pour remettre la compagnie à flot, il devait faire venir l'actrice Chen Hoi Hoi, alors célèbre.

     

    Aux Etats-Unis, Liang Hua va voir Chen Hoi Hoi chez-elle, pour lui proposer un contrat, mais celle-ci ne pouvait pas venir les aider, elle venait d'avoir un bébé et impossible pour elle d'aller à Hong Kong tourner un film.

    C'est ainsi que Liang Hua lui demanda l'adresse de Bruce, lorsque celle-ci lui téléphona, elle lui demanda s'ils pouvaient se voir et qu'elle était désolée de ne pas l'avoir contactée plus tôt. Elle précisa qu'elle se trouvait chez Chen Hoi Hoi, que Bruce ne connaissait pas. Une heure après Bruce sonnait à la porte et quand Chen Hoi Hoi est allée à sa rencontre, elle fut surprise de voir un homme barbu ayant l'air d'un hippie.

    Bruce Lee         

     

    Liang Hua propose à Bruce un contrat pour effectuer deux films avec la Harvest Golden. "Avant de signer, Bruce s'est préparé en allant voir plusieurs films chinois", affirme Linda. Bruce racontera ensuite : "Ils étaient très mauvais. Tout le monde combattait tout le temps, et ce qui m'a réellement contrarié, c'est qu'ils combattaient tous de la même manière. Dans la réalité, cela ne se peut pas ! Lorsqu'on combat, chacun réagit d'une manière différente, et il est possible de jouer et de combattre en même temps. En majorité, les films chinois sont très superficiels et trop simples".

    Selon Linda : "Il y a eu encore quelques discussions, des arrangements, avant que Bruce ne soit prêt à mettre sa signature sur le contrat".

    Coburn comme Silliphant lui avaient conseillé d'ignorer l'offre et d'attendre quelque chose de mieux, mais Bruce était déjà fatigué de patienter. Peut-être que Chow ne disposait pas de possibilités économiques, mais ce qu'il avait à lui offrir était mieux que de l'argent : une certaine liberté de créativité.

    Raymond Chow et Bruce Lee"On a fait un contrat entre la Golden Harvest et moi", explique Bruce à un journaliste, "j'ai accepté de jouer dans deux films".

     

    Bruce a signé le contrat fin juin 1971, lequel stipulait qu'il percevrait un total de 15 000 $ pour les 2 films. Chow a aussi inclus un billet d'avion pour la Thaïlande, où se tournerait le premier film : The Big Boss (Le Grand Chef).

     

     Longstreet

     

    Des extraits de l'épisode "Longstreet" où Bruce Lee apparaît (sur 4 épisodes) -

    Je n'ai pas trouvé en version française  (Durée : 32mn 46s)

     

     

     

    Source : L'homme derrière la légende de Marcos Ocaña Rizo

    Retour

    « Garder espoirConfiance en soi »

    Tags Tags : , , , , , ,