• 11. The Big Boss

    Mon avenir en tant qu'acteur vient de commencer. Je suis sûr que le film que je fais maintenant sera un grand succès ; 

    à nouveau, le temps le dira.

    Bruce Lee

    Juillet 1971 : Bruce vient d'atterrir à Hong Kong et ensuite s'envole pour Bangkok. Ce qui est sûre c'est que Chow avait des motifs de s'inquiéter, parce que juste après avoir signé le contrat, de nombreux producteurs se sont rendu compte de l'occasion qu'ils pouvaient avoir laissé échapper et ont essayé de tenter Bruce. Toutefois Chow pouvait être tranquille ; Bruce était un homme de parole, disposé à respecter le contrat qu'il venait de signer. Comme il l'a écrit à son ami Leo Fong : "Ce que je peux dire, c'est que les choses se déroulent en ma faveur".

    Arrivé en Thaïlande pour commencer le tournage de The Big Boss (le Grand Chef), pour un budget de 100 000  $ HK, il a été aussitôt conduit au village de Pakchong où il serait hébergé à l'hôtel New Wanchai.

    De gauche à droite : Han Yin-Chieh ; Maria Yi ; Lo Wei ; Bruce Lee ;James Tien

    Un simple scénario mais qui va finir par un tournage très compliqué. Bruce a décrit quelques-uns des soucis rencontrés dans ses lettres à Linda : "Bangkok c'était bien, Pakchong c'est autre chose. Les moustiques sont terribles et les cafards sont partout. La raison pour laquelle je ne t'ai pas écrit c'est le manque de matériel, mais en outre j'ai eu un accident plutôt dégoûtant ; je lavais un verre très fin, la pression de ma main droite l'a cassé et je me suis fait une coupure profonde ; cela a requis dix points de suture. Ne t'inquiète pas, je suis sûre que dans 2 ou 3 semaines je serai ok".

    The Big Boss est un exemple presque parfait de la manière dont se faisaient les films dans le Hong Kong de l'époque. Il n'existait pas de scénario à proprement dit, mais une espèce de ligne de conduite avec des idées de bases autour desquelles on construisait le film. Les moyens de production étaient d'une qualité désastreuse, le bruit était constant étant donné la coutume chinoise de doubler tous les films. Pendant l'action, le directeur passait son temps à crier les instructions aux acteurs et on ne prêtait pas attention à la qualité, parce que les films étaient destinés à une consommation rapide pour les oublier tout aussi rapidement.

    Plusieurs changements ont été effectués pendant le tournage comme :

    • Le remplacement du directeur Wu Chai Wsaing  qui avait une très mauvaise relation avec l'équipe technique et les acteurs. Son remplaçant  Lo Wei en plus de son titre de directeur, serait aussi le scénariste du film. Bruce a fait part de son mécontentement à son sujet dans plusieurs de ses lettres à Linda. " Un nouveau directeur (un amoureux de la gloire) a remplacé le précédent , il est comme les autres mais avec un air de supériorité presque intolérable".
    • Un changement important est survenu aussi lorsque Lo Wei a donné de l'ampleur au rôle de Bruce sur celui de James Tien et, au tiers du film, il en était devenu la vedette.
    • James Tien     Bruce et Tony Liu qui peut se vanter d'être la seule personne qui ait travaillé avec Bruce dans tous ces films.

    Certains des protagonistes étaient des acteurs inconnus, comme par exemple Bruce Lee lui-même.

    Le tournage s'est passé dans des conditions désastreuses non seulement par l'insuffisance des moyens techniques, mais aussi des repas, ce qui a affecté les différents membres du tournage et a provoqué chez beaucoup d'entre eux une perte de poids rapide. Même Bruce l'a écrit à Linda : "Le repas est terrible, dans ce village il n'y a pas de bœuf et très peu de poulets et de porcs. Je suis heureux d'avoir pensé à venir avec mes vitamines". "Je prends mes pilules de vitamines mais je suis quand-même arrivé à 60 kg". Il avait essayé de négocier avec la Golden Harvest d'effectuer un petit film sur le Jeet Kune Do en échange de billets d'avion pour sa famille, négociations qui n'ont pas aboutis.

     L'équipe de production a trouvé un restaurant qui vend de la viande d'hippopotame, laquelle est très dure, et Bruce a plaisanté avec les journalistes à son retour en disant que pendant ce mois ses dents s'étaient fortifiées en mâchant cette viande.

    "Il s'est passé 15 jours depuis mon arrivé à Pakchong et il me semble que cela fait des années" écrit Bruce à Linda " Tu me manques énormément, mais Pakchong n'est pas un lieu pour toi et les enfants C'est un village absolument sous-développé dans lequel il n'y a rien !".

    La liste des problèmes qui ont affecté le tournage serait interminable "Je m'habitue aux conditions d'ici. Ma voix est partie (très rauque) pour avoir crié et parlé dans des conditions réellement terribles : Des machines qui tournent en permanence, la coupe de la glace, etc… De toute façon, tout l'enfer sévit ici"

    En plus, il y avait, toujours présentes, ses douleurs de dos, qui l'obligeaient à effectuer des temps de repos réguliers après chaque scène d'action.

    Bruce passait son temps libre à effectuer des améliorations sur le semblant de scénario et en cherchant les façons de perfectionner la qualité du film. "Les scénarios sont assez mauvais" a-t-il commenté dans une interview, "Vous ne pouvez pas imaginer tout ce que j'ai ré-écrit pour The Big Boss". En dépit des difficultés qui paraissaient ne jamais se régler, à la fin tout n'était pas si mauvais : car c'était le rêve de Bruce qui se faisait réalité et l'optimisme qu'il montrait le maintenait en condition pour faire face à l'adversité : "Tout le monde dit que j'ai perdu beaucoup de poids, mais j'ai pris mes vitamines et je me sens beaucoup mieux, comme un athlète. Le tournage prend de la vitesse et se déroule beaucoup mieux qu'avant".

    Raymond Chow ; Bruce Lee ; Han Yin-Chieh     Bruce Lee ;James Tien    Maria Yi ; Bruce Lee

    Les rapports de Bruce avec ses collègues ont été cordiaux pendant tout le film, bien qu'au début sa présence ait créé un certain scepticisme entre les techniciens vétérans, parce qu'ils pensaient que la star récemment arrivée viendrait avec de grands airs, se vantant de son expérience américaine, ils n'ont pas tardé à découvrir que Bruce n'était pas comme les autres stars de cinéma et que, non seulement il ne demandait pas de traitement de faveur, mais qu'il passait son temps libre avec les figurants et techniciens, pour lesquels il avait une grande considération. La seule friction qui durerait tout au long du film, et qui parviendrait aux oreilles de la presse, s'est installée entre Bruce et le directeur Lo Wei, connu et avec plus de 75 films à son actif lorsqu'il a pris en charge The Big Boss, il n'allait pas permettre qu'on lui dise comment il devait faire son travail, et encore moins de la part d'un nouveau venu pour lequel il s'agissait du premier film important. Bruce ne supportait pas la négligence de Lo Wei, qui paraissait ne pas se préoccuper de la plus infime qualité du film, ni du côté de l'interprétation, ni du scénario, de rien !! Il était connu pour écouter les courses de chiens à la radio pendant le tournage, et même pour s'être endormi sur le plateau les laissant tous dans l'attente, Bruce donnait régulièrement des suggestions pour améliorer la qualité du film et cela engendrait des frictions permanentes entre eux deux. Même le fait le plus insignifiant pendant le tournage exaspérait toujours l'un d'entre eux.

    Les conflits entre Bruce et Lo Wei ont été constants pendant le tournage.Lo Wei décrit dans ses mémoires : "Pendant une scène Bruce avait perdu une lentille de contact dans l'usine et demanda à tout le monde de l'aider à la chercher parmi les milliers de fragments de glace dispersés sur le sol, j'étais convaincu que Bruce faisait cela uniquement pour me contrarier".

    En filmant en Thaïlande, la majorité des figurants étaient des pratiquants de boxe thaïlandaise toujours disposés à défier Bruce. Il ne s'est jamais produit aucune confrontation probablement du fait de l'attitude cordiale de Bruce avec ses collègues de travail, et puis les conditions qu'ils devaient supporter étaient assez dures, pour en plus devoir se battre entre eux. Sauf une fois, au début de la réalisation, un figurant a saisi Bruce par le dos, ce qui l'a énormément contrarié ! "Bruce a commencé à aiguiser ses griffes" se rappelle Chan Long (assistant de Lo Wei et acteur qui interpréta le patron de l'usine de glace). Furieux, celui-ci est allé sur le tournage avec deux autres compagnons. Chan Long poursuit : "J'étais très nerveux parce qu'il m'avait dit qu'il venait de sortir de prison et qu'il était capable de tout". Mais Bruce a coupé court et a résolu facilement l'affaire  :"Il est allé parler avec l'homme et nous ne l'avons plus revu".

    La plus grande innovation de The Big Boss se trouve dans les séquences de lutte. Jusqu'à présent, tous les films d'arts martiaux étaient filmés en coupant davantage de plans, pour cacher la médiocre qualité technique des vedettes (qui généralement étaient des acteurs et non des lutteurs). Avec The Big Boss, Bruce a radicalement changé la façon de comprendre le cinéma chinois, en devenant du jour au lendemain une star. Bruce a révolutionné tout cela quand il a montré pour la première fois sur l'écran non seulement des scènes de combat dans une seule séquence, mais de longues séquences où il effectuait des successions de techniques.

    Les scènes de lutte ont été chorégraphiées par Han Yin-Chieh, bien que Bruce ait pris une part active dans cette tâche. Han Yin-Chieh (acrobate et acteur).Bien que le mérite de ces actions doivent lui être attribué, son nom n'est pas apparu dans le générique à cause de l'ancienneté de Han Yin-Chieh par rapport à Bruce et, selon une tradition dans le cinéma chinois, par respect, les honneurs sont donc revenus à Han. Adepte des exagérations, Lo Wei a obligé Han à inclure des scènes acrobatiques très spectaculaires qui ont requis l'utilisation de tremplins pour effectuer des sauts impossibles. Bruce, qui aimait le réalisme mais peu familiarisé avec les acrobaties, a utilisé un tremplin pour certaines scènes. Mais il y a eu des actions pour lesquelles il n'avait pas l'entraînement gymnastique approprié et où l'intervention du spécialiste, Yuen Wah *Ancien membre de l'école de l'Opéra Chinois et frère d'école de Jackie Cha et Samo Hung. Wah est devenu le double de Bruce (du fait principalement de leur ressemblance physique), dans toutes les scènes de ses films postérieurs qui ont requis un certain type d'acrobatie spectaculaire. Bien que l'on ai dit à de nombreuses occasions que Bruce n'avait jamais utilisé une doublure, ceci n'est pas vrai.*, a été nécessaire. La scène dans laquelle Bruce saute la grille avant la lutte finale a été effectuée par Yuen Wah , ainsi que tous les sauts démesurés dans lesquels, pendant le film, on ne voit pas le visage de Bruce. Bien qu'il ait exprimés à plusieurs reprises son désir d'apprendre la gymnastique pour être capable d'effectuer ses propres acrobaties, cela devait attendre. De plus, pendant la scène de lutte finale, les difficultés du tournage ont paru atteindre leur paroxysme : "J'ai passé deux jours infernaux", a écrit Bruce, "je me suis maladroitement tordu la cheville lors d'un grand saut sur un matelas glissant; il a fallu rouler 2 heures jusqu'à Bangkok pour voir un médecin ; j'ai attrapé la grippe. De toute façon, avec la fièvre, le froid, le malaise et la douleur, nous utilisons des premiers plans, tandis que je traînais ma jambe pour terminer la dernière lutte".

    Ainsi, pendant les dernières scènes de son combat avec le grand chef, Bruce est seulement cadré au-dessus la hanche et ses techniques sont toutes des coups de poings, car dans ces scènes, sa blessure à la cheville le faisait boiter.

    Loin d'un studio, les actions ont été principalement tournées dans des décors réels thaïlandais (Bangkok et le village de Pakchong). A Pakchong l'usine de glace était vraiment une usine de glace en fonctionnement ; la maison du grand chef a changé de fonction, en 1971 c'était un cimetière de cendres de Thaïlandais et Chinois décédés (lieu peu habituel pour tourner, puisque ces lieux sont considérés maudits, et pris très au sérieux par des cultures aussi superstitieuses qu'en Orient).

    La maison des prostituées (disparue depuis) dans le film était un vrai bordel où les prostituées ont "fait leur beurre" sur le tournage, non pour avoir couché avec les membres de l'équipe mais parce qu'elles ont reçu 10 $ pour se tenir à l'écart et ne pas déranger.

    La plupart des scènes nocturnes sont tournées à Bangkok.

    Bruce et Lo Wei pendant une pause du tournage. Le film transformerait le premier en la plus grande star du Sud-est Asiatique, et le deuxième, en ce qu'il s'est auto-proclamé : le "premier directeur millionnaire" de Hong Kong.

    Le 3 septembre atterrit à Hong Kong une partie de l'équipe The Big Boss  dont, Bruce Lee, Lo Wei, Maria Yi.

    "L'équipe du film The Big Boss, revient" affichent les journalistes. Une conférence de presse étant la première de la Golden Harvest organisée pour un seul acteur, Bruce a parlé de philosophie, d'arts martiaux, du tournage…. Mais aussi de répondre aux rumeurs de conflits avec Lo Wei, auxquelles il a coupé court en disant : "Oui, lorsque nous tournions, nous discutions toujours" , tandis qu'il souriait et tapait le directeur sur l'épaule.

    Juste après son arrivée à Hong Kong il est allé aux Etats-Unis, où il s'était engagé à tourner 3 épisodes de la série "Longstreet".

    C'est assez paradoxal et cela montre clairement les différences entre l'Orient et l'Occident. Pour tourner les scènes de 3 épisodes d'une série télé américaine qui prend à peine 3 semaines, Bruce a perçu presque plus de deux mois de salaire d'un film tourné à Hong Kong dans des conditions infernales.

     

    De retour à Hong Kong pour la première du film de The Big Boss qui s'est déroulée dans le cinéma Grand Océan le dimanche 31 octobre 1971. Linda se rappelle : "Nous avons vécu une merveilleuse soirée, en allant à minuit à la première, Bruce était nerveux parce que le public de Hong Kong est connu pour exprimer verbalement sa satisfaction ou son mécontentement sur les nouveaux films". Il était fréquent que le public en arrive même à lacérer les sièges avec des couteaux, pour montrer leur mécontentement, alors du coup on comprend mieux la nervosité de Bruce. Au début la salle reste complètement muette pendant le générique de fin, pendant 1mn qui a semblé interminable pour eux. Linda continue : "Cette nuit tous les rêves de Bruce sont devenus réalité quand le public s'est mis debout sous un tonnerre d'applaudissements. En moins de deux heures d'action à l'écran, Bruce est devenu une star acclamée".

    The Big Boss a été présenté à Hong Kong dans 16 salles, c'était inouï à cette époque, mais aussi, il a rempli les salles de cinéma à raison de 7 séances par journée. Une nouvelle star était née, son nom était Bruce Lee.

    Jackie Chan : 62 ans,  L'acteur-chanteur-scénariste-réalisateur-et producteur, mais aussi co-fondateur d'une écurie de course automobile. Jackie Chan se rappelle : "Nous étions préparés à haïr le film. Réellement nous le souhaitions. Après tout, ce Chinois d'outre mer était sorti de nulle part, gagnait des centaines de fois nos salaires et avait Hong Kong à ses pieds. Nous voulions le haïr, mais nous n'avons pas pu. Il faisait des films comme nous n'en avions jamais fait. Et bien que The Big Boss puisse ne pas paraître très impressionnant de nos jours, pour nous c'était une révélation".

     

    The Big Boss

    Vous pouvez visualiser, ou revisualiser, ou re-re-visualiser le film The Big Boss : et de savoir comment s'est déroulé certaines scènes, les conditions etc… on apprécie le revoir (perso moi je l'ai encore plus aimer).

     Pierre Jade Dans le film Cheng Chao-An (Bruce Lee) porte au cou un pendentif de jade : le jade est une pierre précieuse verte brillante (l'ancien jade a un ton verdâtre plus clair). En Orient on l'associe généralement aux femmes, en particulier à la mère ; c'est comme cela que Bruce symboliserait la promesse à sa mère de ne pas combattre à nouveau.

    Juste après avoir battu les records au box-office, Bruce a voulu téléphoner à Steve McQueen depuis Hong Kong pour seSteve McQueen venger et lui annoncer la bonne nouvelle du succès et lui dire que maintenant il était une grande star. Steeve ne se trouvait pas chez lui, alors Bruce lui a laissé le message. McQueen a décidé de lui faire une blague en lui envoyant une photo de lui avec la dédicace : A Bruce mon plus grand fan. Steve McQueen. Quand Bruce l'a reçue, il s'est mis en colère et l'a appelé à nouveau pour lui dire qu'il était maintenant une grande star tout comme lui, qu'il n'était pas son fan et de ne plus jamais l'appeler son fan. Puis il a raccroché.

     

    Mais, en Asie il faisait sensation et Bruce s'est embarqué dans son second film avec un contrat de la Golden Harvest.

            

    Retour

     

    « Confiance en soiLe cri d'une mère »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,