• Bye bye

    Bye bye

     

    Qui vit dans la mémoire de ses proches, n'est pas mort, mais juste loin ;

     

    morts sont seulement ceux que l'on oublie.

    "Emmanuel Kant"

    Bye bye

     

    Mamé 90 ans

     

     

    Manon 9 mois

     

     

     

    Je lève mon verre....et j'me laisse aller

     

     

    18 juillet 1996

    LETTRE à MANON 

     

    Ah ! Ma chérie, que ce sera long ! Toute une vie ;

    Toute une vie sans ton cher tapage !...

    Je me disais hier : "je crois que je m'habituerai, que j'aurai du courage ..."

    Oui, j'ai du courage ...... un moment !

    Et puis je retrouve ma peine. Elle est là, dans l'appartement,

    qui me poursuit et qui se traîne derrière moi, le long des meubles,

     tous les jours ......

     

    AH !! Ses soirs sans baisers, ces matins sans bonjour, ces nuits que je passe éveiller

    à remuer de vieux souvenirs de bonheur, et que ne comble plus ton souffle,

    ni l'odeur de tes cheveux sur l'oreiller !...

    Si tu savais l'ennui, l'ennui !

    Si tu savais combien tu me manque !

    Je suis si seule, toute seule !

    La chambre est comme morte où tu mettais ton ordre et ton désordre.

    Et puis les choses qu'on remue, les armoires, les portes, tes jouets,

    tout fait un bruit différent, bizarre, inexpliqué.

    Un bruit de plainte et de malaise, qui insiste, et met dans tout ce vide une présence triste

    comme la pluie autour d'un rendez-vous manqué ....

    Tout prend un sens lugubre : une voix qui chantonne, un cri d'enfant, des sons de musique, un pas dans l'escalier,

    Et puis, à la maison, un air désœuvré ....

    Je n'ai pas faim ....je ne sais plus ..... qu'est-ce que je vais faire ?.....

    Je n'ai plus qu'un souci : "ATTEINDRE SANS PENSER LE BOUT DE CETTE VIE COMMENCE, sans m'énerver à sa poursuite..."

     

    Il y a des gens, je le sais, pour qui le temps en ce moment, passe très vite.

    Et j'essaie ma pauvre petite Manon, de me persuader que pour eux et pour moi, cette vie dura le même temps,

    qu'il passera, qu'il passe .....

    ..... et je t'écris des lettres !

    Je t'écris des lettres, tu vois, où je n'ai pas grand chose à mettre.

    J'écris, j'écris sans savoir quoi. Car les choses que j'ai chaque jour à te dire sont de celles, vois-tu,

    que l'on ne se dit pas sans la voix, sans les regards, les gestes, les sourires ....

    Et qu'on se dit déjà si mal avec ça !....

    Alors à quoi bon ? Pour quoi faire ?....

     

    Je suis seule à mourir, mon petit enfant doux .... 

    Au revoir ma tendresse. Au revoir mon Crapouillou.

    Je t'envoie mon cœur gonflé de toi, avide de toi, mon cœur malade et triste à se briser.

    Je t'envoie ma peine, et ma vie insipide, mon tourment, mon désir, mes soirs éternisés, et pour bercer, là-bas, ton beau et tendre corps

    de tes nuits vides, DES BAISERS, DES BAISERS, DES BAISERS, DES BAISERS, DES BAISERS, DES BAISERS, DES BAISERS,...........

     

     

    JE T'AIMERAI TOUJOURS  ........ Ta Maman.