• Crazy Horse

    Crazy Horse (Cheval Fou)

    Tashunka Witko 

    Il ne fut jamais photographié : "Pourquoi voudriez-vous raccourcir ma vie en prenant mon ombre de moi ?" A t-il dit 

    (1842-1877)  Il combattit avec de nombreux chefs.

    A bout de force avec la disparition des bisons, il dû se rendre et accepter la réserve.

     « Ils l'ont tué parce qu'ils ne pouvaient pas le conquérir. 

     

    Il fût lâchement assassiné par une sentinelle.

    ·                    « On ne vend pas la terre sur laquelle on marche ! », Crazy Horse.

     

     De son vivant était considéré par son peuple comme le Sauveur. Il était pourvu de toutes les qualités qui font les grands chefs : une grande force de caractère, un grand dévouement à la cause de son peuple et un courage incomparable.

    Dès son plus jeune âge, Crazy Horse nourrit une profonde haine à l'égard des Blancs. Ce sentiment lui avait été notamment inspiré par la découverte du campement dans lequel il vivait près de Ash Hollow dans le Nebraska, complètement détruit par l'armée américaine, le 3 septembre 1855.

    Tashunka Witko est né vers 1842 et selon certains, il serait né près de la colline nue dans le site sacré des Black Hills. Enfant, il était plutôt doux et renfermé.

    Les manifestations d'hostilité des Indiens à l'égard des Américains n'avaient jamais complètement cessé pendant la guerre civile (guerre de Sécession) mais, en 1864, le massacre de Sand Creek marqua le début d'une nouvelle période de conflit ouvert. C'est à cette époque que Crazy Horse devint un grand chef de guerre.

    Il fut impliqué dans le massacre du capitaine Fetterman et de ses hommes, le 21 décembre 1866, et participa au combat de Waggon-Box, le 21 août 1867.

    Il était toujours le premier à mener l'attaque et le dernier à battre en retraite. 

    Il combattit avec les plus grands chef Lakotas, tout d'abord aux cotés de Makhpiya Luta (Red Cloud ou Nuage Rouge en français) puis aux cotés de Tatanka Yotanka (Sitting Bull ou "Taureau Assis" en français).

    Dès 1866, Tashunka Witko participe à la guerre de Nuage Rouge contre les blancs, et le 21 décembre de cette même année, il anéantit à la tête de ses guerriers un détachement de 80 hommes sous le commandement du capitaine Fetterman au Fort Phil Kearney

    , Tashunka Witko ne cessa de lutter contre les Blancs et, lorsqu'il ne les combattait pas, il les évitait soigneusement.

    Au mois de juin 1876, Tashunka Witko rejoint, comme beaucoup de Sioux et de Cheyenne, le campement du chef Sitting Bull. L'armée envoya trois colonnes armées pour forcer les indiens à regagner leur réserves. Le 17 juin, Tashunka Witko, à la tête de ses guerriers, bat et repousse les troupes du général Crook près de la Rosebud River, puis il rejoint Sitting Bull et le 25 juin, leur force conjointe remporte la célèbre bataille de la Little Big Horn sur le 7ème régiment de cavalerie du général Custer.

    L'année suivante fut désastreuse pour les indiens. L'armée, désireuse de venger Custer, ne cessa de les pourchasser. Les soldats étaient supérieurs en nombres et en armes et ne laissèrent aucun répit aux Sioux et aux Cheyennes, forçant ainsi le chef Sitting Bull à se réfugier avec ses Hunkpapas au Canada. Dans cette traque, l'armée utilisa même l'artillerie pour venir à bout des indiens. Au printemps 1877, à bout de force, les Sioux de Tashunka Witko durent se rendre.

     Crazy Horse fut amené à devoir accepté la proposition et, en juillet 1877, il se rendit à Fort Robinson, dans le Nebraska.

    Et c'est la tête haute que le chef prit le chemin de la réserve à la tête de près de 300 familles Sioux soit environ deux milles hommes, femmes et enfants, avec l'assurance que les indiens seraient écoutés par le gouvernement.

     Pour éviter d'éventuels troubles dus à la présence de ce grand chef, l'armée décida d'enfermer celui-ci. Il fut lâchement assassiné, le 7 septembre de la même année, par une sentinelle qui prétendit qu'il avait cherché à s'enfuir, d'un coup de baïonnette, lors d'un guet-apens organisé par le Général Crook et plusieurs Indiens, dont Little Big Man, selon de nombreux Indiens présents.

    Crazy Horse

     

    The Killing of Crazy Horse. Pictograph, 1900. Beinecke 

    Rare Book and Manuscript Library, Yale University.


     

     Tashunka Witko s'éteignit dans la nuit après avoir prononcé ces paroles : "Mon père, je suis mortellement blessé, que l'on fasse savoir aux miens qu'il est inutile de compter sur moi plus longtemps". Quelques temps avant cela, Tashunka Witko avait déjà perdu sa femme et sa fille mortes de tuberculose. Crazy Horse fut conduit à sa dernière demeure par quelques amis et, aujourd'hui encore, seuls quelques initiés savent où il est enterré.

    Crazy Horse

     

    Crazy Horse losqu'on lui demanda : "Où sont vos terres maintenant ?",il répondit en pointant le doigt : "mes terres se trouvent là où repose mon peuple"

     

     

    Le massacre du peuple indien est sans conteste l’un des pires épisodes de l’histoire de l’humanité. Cette sculpture n’y changera rien mais, au moins, elle met en lumière un drame que trop de gens préfèrent oublier ou ignorer…

    Crazy Horse

    'Hommes blancs !on ne vous a pas demandé de venir ici. Le grand Esprit nous a donné ce pays pour y vivre. Vous aviez le vôtre. Nous ne vous gênions nullement .Le grand Esprit nous a donné une vaste terre pour y vivre, et des bisons, des daims, des antilopes et autres gibiers. Mais vous êtes venus et vous m'avez volé ma terre. Vous tuez mon gibier. Il devient alors dur pour nous de vivre. Maintenant vous nous dites que pour vivre il nous faut travailler; or le grand Esprit ne nous a pas fait pour travailler, mais pour vivre de la chasse. Vous autres, hommes blancs, vous pouvez travailler si vous voulez .Nous ne vous gênons nullement. Mais à nouveau vous nous dites : pourquoi ne devenez-vous pas civilisés? Nous ne voulons pas de votre civilisation ! Nous voulons vivre comme le faisaient nos pères; et leurs pères avant eux.' crazy horse (cheval fou):illustre chef guerrier sioux oglala 

     


    Tags Tags : , , , , ,