• Little Big Horn River

    La tactique défaillante du criminel de guerre le général Custer
    devant la ruse de Sitting Bull mais surtout face au féroce Crazy Horse qui contourna la cavalerie détachée de Custer pour les bloquer au niveau de la rivière en compagnie de Gall.

    Général Custer

     

    Cheval de Custer ayant survécu Little Big Horn River

    Les chefs Indiens qui dirigèrent la bataille        

    Little Big Horn River

    Little Big Horn River                         **Kanji-Yatapi

                                  (Crow King)

                                   Sioux Hunkpapa

     

    ¨        ¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

     

    **Tasunke Witko

    (Crazy Horse)

    **Washicun-Tashanka

    (American Horse)

    **Hehaka-Sapa

    (Black Elk)

    **Chef Gall

    (Pizi)

     

     

    **Ishi-eyo-niss (Two moon) Cheyenne

    **Ito-majagu (Rain in the face) Sioux

    Little Big Horn River

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                              **Tatanka-Iyotaka (Sitting Bull)

                                                                                          Chef spirituel de la nation Sioux

     

    Little Big Horn River

    DES EXTRAITS DE COMMENTAIRES FAITES PAR LES PRÉSENTS A LA BATAILLE
    ET PROUVE AUSSI QUE LES BRAVES INDIENS RESPECTENT CEUX QUI SE BATTENT DANS LA LOYAUTÉ ET LE COURAGE.

    "Nous avons été pris par surprise. Quand Custer est arrivé près de la rivière, j'ai pensé que nous allions perdre la bataille."
    Le chef de guerre sioux Short Bull

    "Aucun Indien ou Blanc s'est battu aussi bravement que les hommes de Custer."
    Le chef de guerre sioux Crow King

    "Lame White Man est l'homme le plus brave des temps modernes."
    Le guerrier Cheyenne Iron Hawk à propos du chef Cheyenne Lame White Man, le meilleur chef indien de la bataille tué par un "tir ami"

    "C'était une bataille très disputée."
    Moving Robe, Sioux hunkpapa

    "Le combat a été mortel pour nombre d'Indiens."
    Le guerrier Cheyenne Wooden Leg

    "Les hommes de Custer ont été très braves. Ils se sont vraiment bien battus."
    Le chef de guerre sioux Gall

    J'ai toujours pensé que les Blancs étaient des lâches, mais j'ai un grand respect pour ceux qui se sont battus à Little Bighorn."
    Le chef de guerre sioux Rain In the Face

    "Pas un Blanc ou Indien ne s'est battu aussi bravement que Custer et ses hommes."
    Le guerrier Low Dog

    "Je n'ai pas l'habitude de dire des mensonges à propos d'hommes qui sont morts. Les hommes de Custer sont parmi les plus braves que j'ai jamais combattus."
    Le chef sioux Sitting Bull

    "Durant cette phase de la bataille, les soldats ont tué 136 Sioux et en ont blessé 160
    chefs de guerre sioux Red Horse

    "Beaucoup de Cheyenne étaient morts et la bataille n'était toujours pas terminée. Cheyenne, Sioux et soldats tombaient les uns après les autres dans une même confusion. Je n'oublierai jamais."
    Chef de guerre Cheyenne Two Moon

    "J'ai participé à de nombreux combats très durs, mais je n'ai jamais vu des hommes aussi braves que ceux de Custer."

    Le chef de guerre sioux Brave Wolf

    "Il y avait un homme qui trottait le long de la ligne, en hurlant tout le temps. Les soldats faisaient retraite, mais lui les arrêtait en faisant tourner son cheval devant eux. Tous les Indiens avaient combattu de nombreuses tribus, mais ils disent que c'est l'homme le plus brave qu'ils n'aient jamais vue. Je ne sais pas qui il était. Certains disent que c'est le général Custer. Je l'ai vu au cours de la bataille, mais je n'ai pas vu son corps.»
    Le chef de guerre sioux Red Horse

    "Custer a été épargné des mutilations par deux femmes qui avaient été captives après la bataille de la Washita."
    La Cheyenne Kate BigHead

    "Custer était un chef brave. Les Indiens l'ont respecté et ne l'ont pas scalpé. Je répondrai pour les morts de mon peuple. Les miens ont dit que j'avais raison. Laissons les Visages Pâles faire de même de leur côté."
    Chef sioux Sitting Bull

     

    Les guerres indiennes

    Plusieurs années auparavant, le gouvernement américain avait promis aux Indiens de leur laisser la Prairie «aussi longtemps que les arbres croîtraient et que les eaux couleraient». Mais à la fin des années 1860, sous la pression des spéculateurs, le gouvernement cède une grande partie des terres aux compagnies de chemin de fer. Comme de juste, les Indiens se lancent dans des rébellions désespérées. Mais, rendus disponibles par la fin de la guerre de Sécession, les généraux Sherman et Sheridan brisent avec brutalité leurs révoltes.

    Les guerres indiennes sont relancées en 1875 par la découverte de l'or dans les Black Hills (Dakota du Sud). Les Sioux et les Cheyennes se soulèvent une nouvelle fois contre les aventuriers qui pénètrent au coeur de leurs dernières terres. Les massacres de malheureux colons isolés indignent l'opinion américaine. Le général Custer participe à la répression des soulèvements.

     

    Quelques années plus tôt, en 1868, sur l'ordre du général Sheridan, Custer a attaqué un camp cheyenne, au bord de la rivière Washita. Le camp ayant été abandonné par les guerriers, le général n'a trouvé à massacrer qu'une cinquantaine de femmes et d'enfants, ce qui lui a valu une réputation de tueur d'Indiens. Cette fois, Custer, qui a des ambitions présidentielles, veut à tout prix un succès militaire...

     

    Une tactique prise en défaut

    Cinq colonnes, dont celle du général Custer, partent à la chasse de Sioux insoumis, les Dakotas. Mais ceux-ci les repèrent de loin et, mettant à profit leur très grande mobilité, leur échappent régulièrement. À la tête d'environ 600 cavaliers, Custer décide alors de foncer à marches forcées sur un campement qui lui a été signalé dans la vallée de Little Bighorn. Sa carrière n'ira pas plus loin...

    Sans prendre la peine d'évaluer les forces ennemies ni de jauger le terrain, il attaque le village par trois côtés. Les Indiens, au nombre de plusieurs milliers, plus nombreux donc que ne le soupçonnait le général, surmontent très vite leur surprise et contraignent deux détachements à la retraite. Lorsqu'ils apprennent que le troisième détachement est commandé par le «héros» de la rivière Washita, ils ne font pas de quartier et massacrent tous les hommes, prisonniers et blessés compris.

    L'opinion américaine est une nouvelle fois indignée par le massacre. Les Sioux sont définitivement vaincus, obligés soit de se retirer dans les réserves qui leur sont assignées, soit d'errer dans les montages, soit encore de s'enfuir au Canada comme le chef Sitting Bull. Les guerres indiennes s'achèveront avec la défaite de Geronimo et de ses Apaches, au Nouveau-Mexique, dix ans plus tard, en 1886.


    Tags Tags : , ,