• votre commentaire
  • LA PRIÈRE DU CHAT

    A MON MAÎTRE...
    Ne me prends pas pour esclave,
    Car j'ai en moi le goût de la liberté.
    Ne cherche pas à deviner mes secrets,
    Car j'ai en moi le goût du mystère.
    Ne me contrains pas aux caresses,
    Car j'ai en moi le goût de la pudeur.
    Ne m'humilie pas
    Car j'ai en moi le goût de la fierté.
    Ne m'abandonne pas,
    Car j'ai en moi le goût de la fidélité.
    Sache m'aimer et je saurai t'aimer
    Car j'ai en moi le goût de l'amitié..


    votre commentaire
  • Elle Avoue à Sa Grand-Mère Que Son Mari la Trompe... Voici Ce Que sa

    Grand-Mère Lui Dit.

    Voici une bonne leçon de vie, valable pour chacun d'entre nous, quel que

    soit le stade de notre vie.

     

       Vous comprendrez rapidement pourquoi..

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Des Pourquoi qui ont du poids, de très bonnes questions me semble t'il !?
    Réalisons que souvent, les retours de bâtons sont les résultats même de notre
    propre manque d’honnêteté .Un monde qui tourne rond, sans ce sale orgueil,
    vous tente pas ?

    Pourquoi devoir tout jeune déjà penser à son futur ?
    Pourquoi devoir toujours se prendre au sérieux dans la vie ?
    Pourquoi devoir serrer des mains qui vous répugnent ?
    Pourquoi devoir mentir pour ne pas blesser autrui ? 
    Pourquoi devoir garder des liens qui nous retiennent ?
    Pourquoi devoir rester avec un être que l'on n'aime plus ?
    Pourquoi devoir se taire quand plus rien n'est tolérable ?
    Pourquoi suivre le troupeau lorsque qu'on veut être ailleurs ? 

    Je me verse des larmes dans une coupe pleine à déborder, et lève mon verre à l'insouciance de l'enfance
    .

     

     

    ( ? ) 


    votre commentaire
  • Il était une fois un homme assis près d’une oasis, à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient.

    Un jeune homme s’approche et lui demanda :

    « Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? »

    Le vieil homme lui répondit par une question :

    « Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? »

    « Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir »,

    « Tu trouveras les mêmes ici » lui répondit le vieil homme.

     

    Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa la même question :

    « Je viens d’arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? »

    Le vieil homme répondit de même :

    « Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? »

    « Ils étaient bons, bienveillants, accueillants, honnêtes. J’y avais de nombreux amis et j’ai beaucoup de mal à les quitter ».

    « Tu trouveras les mêmes ici » lui répondit le vieil homme.

     

    Un marchand qui faisait boire ses chameaux, avait entendu les deux conversations. Dés que le second jeune homme s’éloigna, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :

    « Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la question posée par deux personnes ? »

    « Mon fils, dit le vieil homme, chacun porte son univers dans son cœur.

    D’où qu’il vienne, celui qui n’a rien trouvé de bon par le passé ne trouve rien ici non plus. Par contre, celui qui avait des amis dans l’autre ville trouvera ici aussi des amis loyaux et fidèles. Car, vois-tu, les gens sont vis-à-vis de nous ce que nous trouvons en eux »,

     

                     « Si donc ton œil est sain,

                     Ton corps tout entier sera dans la lumière »

     

     

    ( ? ) 


    votre commentaire
  • Socrate était un homme sage qui vivait en Grèce, il y a très longtemps.

    Un jour quelqu’un vint à lui et dit :

    -« Ecoute, Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.

    - Arrête ! interrompit l’homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les 3 tamis ?

    - Trois tamis ? dit l’autre rempli d’étonnement.

    - Oui mon bon ami : trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est VRAI ?

    - Non, je l’ai entendu raconter et …..

    - Bien, bien. Mais assurément tu l’as fait passer à travers le deuxième tamis. C’est celui de la bonté. Est-ce que ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est au moins quelque chose de BON ?

    - Hésitant, l’autre répondit : non ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire …

    - Hum ! dit le Sage, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s’il est UTILE de me raconter ce que tu as envie de me dire…

    - Utile ? Pas précisément ….

     

    -Eh bien ! dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni VRAI, ni BON, ni UTILE, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseil de l’oublier. »

     

     

    ( ? )


    votre commentaire
  • Lire la suite...


    votre commentaire
  • Tu débarques dans la vie

    Sans savoir d’où, ni comment,

    Tu te bats sans pouvoir faire autrement,

    Bienvenue à Paris.

     

    Sans famille, ni toit,

    Tu es seule, sans loi,

    Tu vas et tu viens

    Chassée par certains.

     

    Cherche l’amitié

    Garde ta liberté

    Tu comprendras un jour

    Qu’il faut fuir cette ville.

     

    Pas d’usine, pas de patron

    Personne à dire pardon,

    Sans amis, ni haine

    Personne à dire je t’aime.

     

    Vie-là donc : c’est la vie.

    Tu fais un casse : argent garantie

    Au coin des rues, tu fais l’amour

    Et il n’y a jamais de toujours.

     

    Cherche le soleil

    Reste toi-même

    Tu comprendras un jour

    Qu’il faut fuir cette ville.

     

    Tu débarques dans une gare

    Destination : destin

    Au réveil de chaque matin

    Tu es seule sans même un chien.

     

    Dans ce monde d’adulte

    Sans place pour les faibles

    Il te faut leur faire la culbute,

    Et, voir qu’t’en as rien à faire.

     

    Cherche ta lumière

    T’y verras plus claire

    Cherche ton parcours

    T’y trouveras l’Amour.

    ------------

     

    Ca y’est ta compris

    Enfin t’as réussie

    Et tu n’as plus à fuir

    Loin de cette ville.

     

    Vie-là donc : c’est la vie

    Bienvenue dans ce monde

    Vie la vie, maintenant c’est ta vie.

     

     

    Sylvie (mars 1986)


    votre commentaire
  • Un message que tous les adultes devraient lire. 

    Les enfants 
    nous observent beaucoup sans que nous le réalisions ! 

    Ils font ce qu’ils voient et non ce qu’on leur dit.

    Lire la suite...


    2 commentaires