• Nouvelles de notre Biodiversité toute entière que nous souhaitons partager .
    Isabelle AUTISSIER, Présidente de la WWF France, a dénoncé cette semaine la pression constante de l’homme

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Connaissez-vous l’Abeille Noire ? 
    C’est l’abeille ancestrale, notre abeille originelle, « Apis mellifera mellifera » de son nom savant. Celle qui a résisté aux deux périodes de glaciation. Jadis espèce dominante en Europe, elle est aujourd’hui menacée. Il en reste à peine 10% en France. 
    Car oui, l’histoire se répète et dans notre recherche de rendement et de profits à tous prix, l’homme a fini par dégrader l’environnement naturel de l’abeille locale, la fragilisant.

    Abeille Noire

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Red Crow est né en 1830 d'une longue lignée de chefs dans la tribu Blackfoot.

    Chef Red Crow

    Lire la suite...


  • * À l'époque, une « tribu » désignait plus un groupe ethnique ou linguistique qu'une entité politique. Aucun chef ne parlait au nom de l'ensemble d'une tribu et les tribus étaient elles-mêmes divisées. Par exemple, certains chefs participèrent à des conflit tandis que d'autres restaient à l'écart.

    * La Femme Indienne est une épouse fidèle et obéissante. Son mari la respecte. Le guerrier ennemi à l'obligation de lui laisser la vie sauve. Elle confectionne les habits et les bijoux. L'hiver, elle s'occupe du bois et de l'eau. Les femmes sont les gardiennes du foyer. Dans de nombreuses tribus, elles assistent aux réunions du conseil. Elles partagent les mêmes peines et les mêmes joies que les hommes de la tribu. Dès l'âge de six ans, la petite indienne aide sa mère aux petits travaux du "ménage". A dix ans, elle monte à cheval comme un guerrier, s'occupe de ses frères et sœurs et prépare le pemmican ( viande de bison séchée ) et les peaux des petits animaux tués par son père. Elle sait tout faire quant à quatorze ans , on la marie à un jeune brave plus âgé qu'elle.

    (la polygamie était coutumière chez les indiens) Un homme pouvait épouser autant de femmes qu'il le souhaitait - à la seule condition qu'il pût les nourrir. La polygamie n'était en aucun cas synonyme de discrédit social pour les femmes.  Dans bien des cas, elle était suggérée par la première épouse qui, en invitant son mari à prendre une plus jeune femme, cherchait à se débarrasser de certains fardeaux domestiques. L'homme peut épouser deux sœurs, cela avait l'avantage de rassembler au sein d'une même famille conjugale des jeunes femmes liées par le sang et par une amitié de longue date. Bien plus, elle renforçait les liens de la famille. Dans ce cas-là, l'influence de la branche féminine surpassait, ô combien, celle de l'époux et, quand la résidence était située sur le territoire de la famille de la femme, la cohésion de la bande des femmes était démultipliée. Un mariage organisé de cette façon et conjugué au pluriel signifiait pour la famille l'apport d'un homme responsable et vigoureux.  

    A la mort de son frère, un homme était invité à épouser sa veuve. Ce serait déraison de penser que tous les hommes sautaient sur l'occasion d'épouser la veuve de leur frère. Il est plus probable que certains d'entre eux redoutaient plutôt l'idée de survivre à celui-ci.

    * Les noms donnés aux enfants appartenaient à la famille et un jeune homme devrait gagner un nouveau nom par ses exploits. Les filles conservaient leur nom de naissance toute leur vie

     * L’instruction se faisait à travers le récit d’histoires dont le héros se nomme Napi. Ces histoires contenaient toujours une leçon. Napi est un personnage mythique qui personnifie toutes les forces et faiblesses de l' être humain, et qui dispose de pouvoirs surnaturels.

    * Les animaux protecteurs étaient peints par les guerriers sur leurs tipis.

    * Avant et après un raid, les jeunes hommes ne devaient pas manger la viande des côtes ni les jarrets du bison parce que les parties correspondantes de leur propre corps s’en trouveraient affaiblies. Personne ne devait fumer avant un raid de guerre parce que fumer avait tendance à donner soif et à couper 

    le souffle. Chaque membre du groupe devait emmener tout les vêtements sacrés qu'il possédait comme les coiffures de guerre, boucliers, beaux habits, etc. Tout cela devait être transporté à dos d’homme avec 10 à 15 paires de mocassins de rechange. Comme les hommes ne s’encombraient pas d’ustensiles de cuisine, ils emportaient de la viande séchée. Le gibier tué en route étant consommé sur place

    * Outre les maladies et les guerres, le whisky fut une autre cause de mortalité chez les indiens, sans parler des problèmes causés au sein des tribus et des familles.

    * Chez les Indiens existe une division stricte du travail. Certaines tâches sont réservées aux femmes : telle la cuisson du pain au four . Par contre l'homme chasse et construit .

    * A l'époque l'entraide était indispensable, un homme seul ne pouvait survivre. Chaque domaine était pris en charge par un spécialiste. La survie de la communauté dépendait de tous.

    * Le père enseigne donc très tôt à son fils l'usage et le maniement de l'arc, pour la chasse mais aussi pour le combat.

     Chez les Comanches, dès 11 ans un garçon allait au champ de bataille. Les femmes adoraient exhiber les trophées de guerre de leurs maris. Elles en étaient très fières.

     

    * La règle voulait qu'on ne refuse pas un cadeau offert et qu'on en fasse un en retour même s'il devait s'agir d'un présent modeste.

    Les Sioux se faisaient donc un devoir d'offrir. Les jeunes apportaient de la nourriture aux anciens, les chasseurs partageaient avec les infirmes, les hommes offraient des cadeaux aux orphelins...  Le don pouvait être informel, mais donnait également lieu à des cérémonies.

    Cette cérémonie reposait sur un concept de confiance réciproque et, de plus, était partie intégrante du système économique des Sioux. Donner impliquait de recevoir et la seule équivalence admise était celle de l'intention et non de la valeur marchande. De plus, celui qui voulait être considéré devait donner beaucoup, donc produire beaucoup, donc chasser et avoir dans son cercle familial d'habiles artisans. Plus il donnait, plus il était un personnage digne d'intérêt et susceptible d'accéder, s'il en était capable, à de hautes fonctions. La cérémonie consistait donc, à l'occasion d'un événement familial marquant, à donner TOUT ce que l'on possédait aux autres membres de la tribu, sachant que l'on recevrait une contrepartie permettant de ne pas être dans le dénuement ! Bel exemple de confiance et de cohésion d'une société.  Je vous conseille la lecture du livre de R.B. HASSRICK "Les Sioux" aux éditions Terre Indienne où vous pourrez retrouver toutes les informations relatives à la morale des Sioux

     

    Histoire

     

     

     


  • Les Blancs se sont toujours moqués de la terre, du daim ou de l'ours. Quand nous, Indiens, tuons du gibier, nous le mangeons sans laisser de restes. Quand nous déterrons des racines, nous faisons de petits trous. Quand nous construisons nos maisons, nous faisons de petits trous. Quand nous brûlons l'herbe à cause des sauterelles, nous ne ruinons pas tout.

    Pour faire tomber glands et pignons, nous secouons les branches. Nous ne coupons pas les arbres. Nous n'utilisons que du bois mort. Mais les Blancs retournent le sol, abattent les arbres, massacrent tout. L'arbre dit : "Arrête, j'ai mal, ne me blesse pas." Mais ils l'abattent et le découpent en morceaux. L'esprit de la terre les hait. Ils arrachent les arbres, la faisant trembler au plus profond.

    Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc ? Partout où il la touche, elle est meurtrie.

                            Une vieille femme wintu

     

    Quel traité le Blanc a-t-il respecté que l'homme rouge ait rompu ? Aucun.

    Quel traité l'homme blanc a-t-il jamais passé avec nous et respecté ? Aucun.

    Quand j'étais enfant, les Sioux étaient maîtres du monde ; le soleil se levait et se couchait sur leur terre ; ils menaient dix mille hommes au combat.

    Où sont aujourd'hui les guerriers ?

    Qui les a massacrés ?

    Où sont nos terres ?

    Qui les possède ?

    Quel homme blanc peut dire que je lui ai jamais volé sa terre ou le moindre sou ? Pourtant ils disent que je suis un voleur.

    Quelle femme blanche, même isolée, ai-je jamais capturée ou insultée ? Pourtant ils disent que je suis un mauvais Indien.

    Quel homme blanc m'a jamais vu saoul ?

    Qui ai jamais venu à moi affamé et reparti le ventre vide ?

    Qui m'a jamais vu battre mes femmes ou maltraiter mes enfants ?

    Quelle loi ai-je violée ?

    Ai-je tort d'aimer ma propre loi ?

    Est-ce mal pour moi parce que j'ai la peau rouge ?

    Parce que je suis un Sioux ?

    Parce que je suis né là où mon père a vécu ?

    Parce que je suis prêt à mourir pour mon peuple et mon pays ?

                                 Sitting Bull, chef Sioux hunkpapa

     

     

    RETOUR


  • Le Saviez – vous ?

    Durant la période de froid, et pour conserver une bonne température corporelle, les abeilles consomment leurs réserves de miel. 
    Les défécations liées à cette consommation ne sont pas faites au sein de la ruche… Les abeilles ont une hygiène irréprochable ! 
    Elles vont profiter des redoux pour effectuer un « Vol de propreté » durant lequel elles vont rejeter les déchets accumulés durant plusieurs semaines ! 
    La Nature est bien faite non !?

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Ruche Créon

    Apiculteur Frédéric J.

     

    PROVENCE ALPES Côtes d'azur

    Ma Ruche

     

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •  Pour entendre il faut être silencieux.

     Ursula Le Guin

    variantes Sur le forum Planète Graphisme  et  Les Mordus du Graphisme


    votre commentaire
  • Unlimited

    Lire la suite...


    votre commentaire